La Chine préoccupe l’Asie

Alors que les tensions s'accentuent en Asie, l'Europe ne peut pas prendre la stabilité régionale pour acquise

ECFR Alumni · Director, Asia and China Programme
Senior Policy Fellow
Full text available in English
Also available in

Des investissements chinois dans les infrastructures indiennes d’un niveau sans précédent ont été amorcés, mais un incident frontalier a eu lieu pendant la première visite du Président chinois Xi Jinping en tant que chef d’Etat en Inde.

L’Europe doit préserver un équilibre en Asie Pacifique.

Le Premier Ministre indien Narenda Modi, lui-même revenant de Tokyo où il a donné l’accolade au Premier Ministre japonais Shinzo Abe, a signé des accords économiques et de défense approfondis avec le Japon. L’équilibrisme indien – entre défiance stratégique et calcul économique – à l’égard de la Chine, illustre le dilemme auquel l’Asie fait face.

Dans une nouvelle note politique, François Godement, Directeur du Programme Chine et Asie de l’ECFR, avance que les tensions en Asie orientale deviennent habituelles. Il est de plus en plus clair que l’interdépendance ne garantit ni la paix ni la stabilité. L’Europe ne peut plus se limiter au rôle de puissance commerciale ou « douce » en Asie, mais elle doit aider à préserver un équilibre dans la région.

Dans sa note, François Godement identifie trois menaces potentielles pour la stabilité dans l’Asie du Sud Est et du Nord Est :

  • La montée du nationalisme, alors même que l’interdépendance économique augmente. Les régimes autoritaires comme les hommes politiques soumis à l’élection sollicitent le soutien des opinions nationales.
  • Les doutes en Asie concernant la capacité des Etats-Unis à maintenir leurs nombreux engagements en termes de sécurité créent une « zone grise » de conflits potentiels.
  • Les incertitudes au sujet de l’éclatement éventuel ou de la transformation pacifique de la Corée du Nord, et le besoin pour Séoul d’une coopération à long terme avec la Chine.

« L’Europe hésite, espérant que la situation ne dégénère pas, mais ne faisant pas grand-chose pour l’empêcher. Cependant, de différents points de vue, l’Europe est bien impliquée, que cela lui convienne ou pas. » – François Godement