Déplacés éternels : la crise afghane des réfugiés et ses implications pour

Les Afghans sont la deuxième nationalité au monde à demander l’asile en Europe, et ces chiffres vont continuer d’augmenter

ECFR Alumni · Editor, China Analysis
Senior Policy Fellow
Full text available in English
Also available in

Les Afghans sont la deuxième nationalité au monde à demander l’asile en Europe, et ces chiffres vont continuer d’augmenter. Pour endiguer l’afflux de réfugiés afghans, l’Europe a besoin de se tourner vers ses partenaires asiatiques, travaillant non seulement avec Kaboul mais aussi avec ses voisins – la Chine, le Pakistan, l’Inde et l’Iran en particulier – selon cette nouvelle publication de l’ECFR

« Déplacés éternels : la crise afghane des réfugiés et ses implications pour l’Europe »

L’année 2015 a été la plus sanglante en Afghanistan depuis l'invasion américaine, avec une résurgence des Taliban forçant les civils à fuir leurs foyers. ” L’Offensive de printemps ” de cette année par le groupe militant laisse malheureusement présager des violences futures.

Le  gouvernement de Kaboul n’arrive pas à compter ceux qui traversent ses frontières non contrôlées, et encore moins à s’attaquer aux passeurs, trouver des logements aux déplacés internes, ou encore soutenir les réfugiés qui reviennent.
L'Europe a une responsabilité morale à agir, et d'importants intérêts sont en jeu. La crise des réfugiés dans son ensemble crée des tensions au sein de l'Union européenne (UE), et l'Afghanistan souffre d'une fuite des cerveaux: un nombre disproportionné de ceux qui prennent le chemin pour l’Europe font partie des classes moyennes instruites, qui seront essentielles pour la reconstruction du pays.
 
L’Europe peut aider en coordonnant le retour des réfugiés vers les zones sûres du pays, en soutenant Kaboul dans l’élaboration d’une politique migratoire cohérente et en ciblant l'aide au déplacés internes afin qu'ils ne soient pas obligés de passer les frontières. Il sera essentiel de travailler avec d'autres gouvernements asiatiques pour améliorer la condition des Afghans dans la région – beaucoup viennent en Europe après des mois ou des années passés en Iran ou au Pakistan, chassés par les conflits ou le manque d'opportunités dans ces pays voisins.
Ces pays – ainsi que l'Inde et la Chine, les plus grandes puissances de la région – ont un intérêt majeur dans la stabilisation de l'Afghanistan. Pékin en particulier, peut stimuler l'économie en faisant de l'Afghanistan une part essentielle de la Route de la Soie : son projet d'infrastructure, et peut maintenir la pression sur le Pakistan pour amener les Taliban à la table des négociations.
 
L’auteur du document, Angela Stanzel a déclaré :
” Les espoirs que les Afghans avaient mis dans l'avenir de leur pays au moment des élections de 2014 ont été anéantis. Ses perspectives en termes de sécurité, de politique et d'économie sont moroses, et continuent d’empirer. Tant qu'il n'y a pas d'amélioration, les réfugiés continueront de fuir et venir en Europe, et il sera difficile de réinstaller ceux qui reviennent.”
” L'Union européenne (UE)  et ses Etats membres devraient s’engager à fournir à long terme de l'aide humanitaire, de l'aide au développement, et une présence militaire. Cela enverrait un signal aux Afghans et leur montrerait qu'ils ne seront pas abandonnés – et aussi à des groupes militants tels que l’Etat Islamique (EI) et les Taliban. Ce serait notamment un signal aux Afghans qui hésitent entre se joindre à des groupes de militants, quitter le pays, ou rester et aider à la reconstruction”.
 
Les acteurs de la région – en particulier la Chine, l'Inde, l'Iran et le Pakistan – joueront un rôle crucial dans la détermination de l'avenir de l’Afghanistan. Ils partagent avec l'Europe un intérêt dans la stabilisation de l'Afghanistan: en évitant la guerre civile, l'effondrement économique, les flux massifs de réfugiés, et le déplacement. La sécurité et le développement qu’ils peuvent apporter est un élément essentiel de tout effort à long terme pour gérer le flux de migrants vers l'Europe.”
 

Note aux rédactions :

Vous pouvez télécharger le PDF de «Une population continuellement déplacée : la crise des réfugiés afghans et ses implications pour l’Europe» ici.

Angela Stanzel est disponible pour des interviews et commentaires ici : [email protected]

Ce document, comme tous les articles et ouvrages publiés par le Conseil européen – ECFR exprime uniquement l’opinion de ses auteurs et non la position collective de l’ECFR, de son comité de direction ou des membres de son Conseil. Le Conseil européen – ECFR est le premier centre de recherche et d’influence (think-tank) paneuropéen. Créé en octobre 2007, il compte parmi ses objectifs de promouvoir à travers l’Europe le développement d’une politique étrangère européenne intégrée, cohérente et efficace. L’ECFR est une fondation indépendante financée par des contributions provenant de fondations privées, de gouvernements européens, des institutions européennes, d’entreprises et d’individus. Pour davantage d’informations veuillez cliquer sur le lien suivant : https://ecfr.eu/about/donors.