Repenser la politique russe de l’Allemagne – une opportunité pour l’UE

La crise ukrainienne montre que la politique de Berlin vis-à-vis de la Russie est dépassée

ECFR Alumni · Former Senior Policy Fellow
Full text available in English

Selon une note publiée par l’ECFR, l’Allemagne et l’UE ont besoin d’une nouvelle politique de sécurité qui prenne en compte à la fois la Russie et les Etats voisins de l’Est qui ne se plient pas à la domination de Moscou. Stefan Meister, auteur de ce rapport, explique que les Etats membres de l’UE devraient pousser l’Allemagne à exercer un leadership moins complaisant envers le Kremlin.

Alors que la crise en Ukraine continue de s’aggraver, le rapport montre que la politique allemande vis-à-vis de la Russie est trop idéaliste et n’est pas compatible avec la realpolitik menée par Vladimir Poutine à l’égard des Etats post-soviétiques voisins. Stefan Meister émet les recommandations suivantes :

  • Une nouvelle politique allemande envers  l’Europe de l’Est devrait être coopérative sans toutefois se plier à la volonté du Kremlin.
  • Les partenaires européens devraient mettre à profit cette nouvelle distance mise entre Berlin et Moscou afin de pousser l’Allemagne à adopter un rôle de leader dans  les politiques communautaires pour la Russie et le Partenariat oriental.
  • De son côté, l’UE devrait aider au développement  d’un nouvel ordre de sécurité européen, incluant la Russie et les Etats voisins de l’Est sans se plier au désir russe de dominer son voisinage.

La note politique de l’ECFR explique que la crise actuelle en Ukraine « a entraîné un réel tournant et l’opportunité de développer la politique de l’UE à l’égard de la Russie. La grande coalition à Berlin est dirigée par une chancellerie qui est bien plus critique vis-à-vis de la Russie que les gouvernements précédents, et la crise ukrainienne a montré aux dirigeants allemands l’importance des voisins de l’Est ». Le fait est que l’élite russe ne souhaite pas une réforme politique parce qu’elle « a compris depuis longtemps que l’Etat de droit, la transparence et l’approfondissement de la compétition politique limiteraient son pouvoir et ses privilèges ».

Contexte : Depuis le retour de Vladimir Poutine à la présidence en 2012, le fossé  entre la Russie et l’Allemagne s’est creusé.  Berlin a toujours joué le rôle d’avocat de Moscou auprès de l’UE, car la modernisation de la Russie concordait parfaitement avec les intérêts économiques allemands.