La cacophonie stratégique européenne

En amont de la présentation du livre blanc de la défense en début de semaine prochaine, l'European Council on Foreign Relations publie cette semaine…

ECFR Alumni · Former Researcher
Senior Policy Fellow
Full text available in English
Also available in

En amont de la présentation du livre blanc de la défense en début de semaine prochaine, l'European Council on Foreign Relations publie cette semaine le rapport « La cacophonie stratégique européenne », passant au tamis les stratégies de sécurité nationales comme collectives.

L'étude tente de cartographier le déficit stratégique tel qu'il se décline en Europe. Elle met en lumière des stratégies individuelles inadéquates et obsolètes. Elle fait apparaitre l'absence de culture stratégique commune et de vision partagée dont souffre la politique extérieure de l'Union. 

Nick Witney et Olivier de France suggèrent aux dirigeants européens d’engager dès maintenant une conversation franche à ce sujet et de se poser les bonnes questions en vue du Conseil Européen prévu pour décembre 2013. Car en attendant, la cacophonie européenne multiplie inutilement des dépenses pesantes en temps de crise, décrédibilise nos ambitions géostratégiques et expose la région à des risques sécuritaires.

A l'heure de la publication du livre blanc français, cette étude permet enfin de comparer la politique de défense de la France à celle de ses partenaires européens.

 

Contexte :

  • Alors qu’il est question d’un mécanisme de mutualisation et de partage capacitaire, les européens procèdent à des coupes budgétaires sans consultations. Entre 2001 et 2011, les fonds alloués à la recherche et le développement en matière de défense s’est vu divisée par deux en Europe.
  • Une stratégie sécuritaire doit pouvoir guider les décisions exécutives, notamment en matière d’affectation des ressources. Force est de constater que la plupart des documents européens ne remplissent pas ce critère.
  • Tandis que certains pays membres font montre d’une vision stratégique globale, les autres se répartissent entre « localistes », suiveurs et silencieux.