Une meilleure façon pour l’UE de soutenir la transition démocratique en Tunisie

EU election observers in Tunisia stand in front of an ornate tile mosaic
EU election observers in Kairouan, Tunisia, October 2011
Texte complet disponible en
Résumé disponible en
  • La Tunisie tente d’obtenir un important prêt de sauvetage auprès du Fonds monétaire international (FMI), mais les risques que son obtention comporterait sont aussi lourds que les risques de ne pas le remporter, étant donné les conditions qui y seraient attachées. 
  • Les réformes démocratiques en Tunisie sont au point mort, mais le progrès économique qui devait suivre la révolution n’a même pas encore commencé.
  • Les responsables politiques tunisiens doivent de toute urgence combiner l’obtention d’un nouveau prêt et l’austérité qui l’accompagnerait avec des réformes et un renouveau économiques pour sortir de la crise.
  • La politique tunisienne de l’Union européenne (UE) et de ses États membres est également au point mort, mais ceux-ci peuvent soutenir les dirigeants tunisiens en fournissant de nouveaux investissements, et, de ce fait, relancer la transition démocratique.
  • Le succès de cette initiative pourrait servir de modèle à d’autres réformes politiques et économiques en Afrique du Nord, ce qui est dans l’intérêt de l’UE, qui poursuit son objectif d’autonomie stratégique face à l’influence grandissante d’autres puissances régionales.

L'ECFR ne prend pas de position collective. Les publications de l'ECFR ne représentent que les opinions de leurs auteurs.