Retour en Afrique : pourquoi les pays d’Afrique du nord se tournent vers le sud

Les pays d’Afrique du nord tournent de plus en plus leur attention vers le reste de leur continent - l’Europe doit comprendre cette tendance

Full text available in English
Also available in

Les décideurs politiques européens ont généralement observé l’Afrique du nord à travers le prisme méditerranéen. Mais cette vision de l’Afrique du nord est dépassée : les pays d’Afrique du nord tournent de plus en plus leur attention vers le reste de leur continent. L’Europe doit comprendre cette tendance puisque cette dernière détermine sa relation avec l’Afrique du nord et avec le continent dans son ensemble.

Ce nouveau rapport d’Anthony Dworkin, chercheur à l’ECFR, propose un inventaire des stratégies utilisées par le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte dans leurs relations avec le continent et conclut que l’attention donnée par les pays de l’Afrique du nord au reste de l’Afrique est déterminée par plusieurs facteurs :

  • Certains pays s’efforcent de gagner un soutien diplomatique pour des questions majeures d’intérêt national : dans le cas du Maroc et de l’Algérie, cela correspond au différend concernant le Sahara occidental et leur rivalité stratégique plus large ; dans le cas de l’Egypte, sa préoccupation découle de la construction par l‘Ethiopie d’un barrage d’envergure sur le Nil.
  • Au-delà de ces efforts diplomatiques, leur objectif est aussi de répondre aux menaces sécuritaires qui se multiplient ainsi qu’aux flux migratoires qui arrivent dans ces pays depuis le sud du continent.
  • Les pays nord-africains cherchent des nouveaux marchés et se positionnent en vue de la croissance économique et démographique prévue pour les prochaines années en Afrique subsaharienne. Le ralentissement de la croissance économique des partenaires commerciaux européens de l’Afrique du nord a donné de l’élan à cette tendance.
  • Le virage vers le sud est également le résultat de l’échec de l’intégration régionale entre les pays nord-africains, entre lesquels les échanges commerciaux restent faibles. Par exemple, la coopération économique et politique à travers l’Union du Maghreb arabe est bloquée principalement en raison du différend entre l’Algérie et le Maroc sur le Sahara occidental.

Alors que l’Union européenne (UE) cherche également à renforcer sa relation avec l‘Afrique subsaharienne, selon les directives de négociation publiées en mars 2020, le virage des pays nord-africains vers le sud mérite une plus grande attention européenne :

  • Dans ses relations avec le continent, l’Union européenne devrait prendre en compte la complexité de l’engagement de l’Afrique du nord avec l’Afrique subsaharienne. La coopération en matière de migration avec l’Afrique du nord produira davantage de résultats si l’UE comprend le contexte africain dans lequel se façonnent les politiques de ses partenaires.
  • Dans le domaine sécuritaire, l’Union européenne et ses Etats membres devraient accueillir positivement les signes d’un réengagement algérien au Sahel et encourager l’Algérie à construire des liens avec le G5 Sahel ainsi qu’à contribuer activement à la stabilisation et au développement de la région.
  • Alors que l’UE cherche à renforcer sa relation avec l’Afrique, le bloc devrait par conséquent chercher à se coordonner avec les initiatives nord-africaines dès que possible. Les liens commerciaux entre les Etats du Maghreb et le Sahel pourraient aider les objectifs européens en termes de promotion de la stabilité.
  • Il est possible pour l’Europe d’établir une coopération triangulaire avec les pays nord-africains en Afrique subsaharienne, en rejoignant des projets sur des domaines où l’Afrique du nord pourrait partager son expertise.
  • En même temps, l’UE devrait faire preuve de prudence dans son alignement avec les stratégies nord-africaines en Afrique. La coopération triangulaire n’aura de succès que dans le cas où toutes les parties partagent véritablement les objectifs et où les accords apportent une valeur ajoutée.

Avant tout, les décideurs politiques européens devraient être conscients des intérêts, des tensions et des rivalités qui sous-tendent les politiques nord-africaines envers le continent. La position de l’Afrique subsaharienne envers l’Afrique du nord est de plus en plus pragmatique. Une approche pragmatique correspondante – qui cherche des convergences lorsqu’il est possible mais qui reste consciente des objectifs nationaux des plus puissants pays nord-africains – pourrait être la meilleure des fondations pour la relation de l’Europe avec l’Afrique.