Ce qu’il faut savoir sur la Crimée en 10 points

Comprendre les implications de l'annexion de la Crimée par la Russie en 10 points clés.  

Senior Policy Fellow

1.       Les nouvelles autorités criméennes ont été établies sous la contrainte. Malgré la rhétorique russe dénonçant un « coup d’Etat » à Kiev, le réel renversement a eu lieu en Crimée. Les manifestants pro-russes ont pris le bâtiment de l’Assemblée criméenne avec violence, après ce qui semblait être un rassemblement de soutien aux autorités de Kiev réussi. Les membres de la milice berkut, fuyant de leurs crimes commis à Kiev, sont soupçonnés d’avoir été impliqués.

2.       Cela n’a rien à voir avec la guerre russe en Géorgie en 2008. Ensuite, d’après la majorité des témoignages, les géorgiens avaient été poussés à ouvrir le feu en premiers. Seul un citoyen russe a trouvé la mort au cours de la crise actuelle, et il a été tué par balle par des snipers à Kiev.

3.       Le référendum qui a eu lieu va à l’encontre de la constitution ukrainienne. Seul un vote national peut venir modifier les frontières nationales.

4.       Le nouveau “Premier ministre” criméen Serguey Aksionov était un bandit local dans les années 1990. Son surnom était « le gobelin ». Son parti russe n’a remporté que 4% des voix lors des dernières élections en Crimée.

5.       Il y a 266 000 tatars criméens en Crimée. Avant le coup d’Etat, ils scandaient « Allah est grand ! Gloire à l’Ukraine ! » Désormais il paraît qu’ils forment des unités « d’auto-défense ». Ils avaient tous été déportés par Staline en Asie du centre en 19444 ; la moitié en sont morts. Ils n’ont été autorisés à rentrer qu’après 1989 et sont toujours marginalisés. Le 70e anniversaire de La Déportation aura lieu en mai prochain.

6.       Les tatars criméens sont des musulmans sunnites. Le tatar criméen Khanat a été le pouvoir dominant dans la région à partir de 1441, et jusqu’à l’occupation de la Crimée par l’Empire russe en 1783. La campagne pour le transformer en Athos russe, un centre de la chrétienté orthodoxe, ne s’est accélérée qu’après la guerre de Crimée.

7.       Il y a une majorité ethnique russe en Crimée (58%), mais la plupart s’y sont installés après la Seconde Guerre mondiale. Environ 24% de la population est ukrainienne. Les tatars criméens sont plus de 13%, mais représentent pratiquement 20% des élèves dans les écoles.

8.       La Crimée est une péninsule. L’ensemble de son gaz et de son eau proviennent du reste de l’Ukraine.

9.       Il y a des réserves considérables de pétrole et de gaz au large des côtes criméennes.

10.   La Russie réapprovisionne sa flotte en mer noire afin d’acquérir un rôle dans l’est de la Méditerranée, y compris  en la reliant à son ancienne base navale soviétique de Tartus en Syrie.