La chute de Poutine : l’effondrement à venir du régime russe

La trajectoire actuellement empruntée par le régime russe est incertaine, or sans changement radical, le régime s’effondrera d’ici l’année prochaine

ECFR Alumni · Visiting Fellow
Full text available in English
Also available in

La trajectoire actuellement empruntée par le régime russe est incertaine, or sans changement radical, le régime s’effondrera d’ici l’année prochaine, selon le spécialiste de la Russie Nikolai Petrov.

« La chute de Poutine : l’effondrement à venir du régime russe » par Nikolai Petrov affirme que le régime politique russe n’est pas viable et qu’il est incapable de se réformer face à la crise économique. Il soutient que le régime a très peu de marge de manœuvre, étant donné que la centralisation excessive rend le système instable et inefficace. Suite à des contestations antérieures, Vladimir Poutine a centralisé tous les pouvoirs dans les mains de la présidence et affaibli les institutions publiques et politiques dans ce processus. Désormais, le régime doit obtenir davantage de victoires militaires sous peine de faire face à une perte de soutien.

Petrov affirme que le régime russe ne bénéficie que deux solutions pour éviter cet effondrement à venir, qui ont toutes deux leurs limites. La première est de se réconcilier avec l’Occident et de cette manière, d’améliorer ses finances, en serrant la bride de la rhétorique anti-occidentale et en nommant d’éminents réformateurs à des postes clés au sein du gouvernement. Petrov estime que cela est peu probable étant donné l’hostilité profonde ancrée entre la Russie et l’Occident.

La seconde solution, selon Petrov, est de changer de dirigeant. Poutine ayant subordonné son pouvoir politique à la légitimité des victoires militaires, le système s’effondrera lorsque la Russie cessera de gagner. L’alternative est un nouveau dirigeant avec un autre mandat, peut-être électoral celui-là. Cependant, cette option comporte aussi son lot de dangers. En l’absence d’un « héritier » défini, le système actuel, très centralisé et personnalisé, devrait être reconstruit.

L’alternative à ces stratégies de sortie de crise est un « effondrement risqué ». Un changement de régime incontrôlé laisserait la Russie sans dirigeants visibles ou institutions publiques efficaces. Dans ce scénario, le pouvoir pourrait être pris par une multitude d’acteurs, répartis entre divers organismes, y compris des organismes gouvernementaux, des grandes entreprises, et mêmes certaines régions comme le Tatarstan et la Tchétchénie.

Nikolai Petrov, auteur de « La chute de Poutine : l’effondrement à venir du régime russe » a déclaré :

« Le régime actuel de la Russie ne durera pas longtemps. Les événements en Ukraine en 2014 ont réduit les différentes trajectoires possibles du pays à une seule – une voie qui amènera rapidement à la chute du gouvernement de Poutine s’il n’y a pas de changement radical à temps. »

« Depuis 2014, il y a eu un changement qualitatif dans les caractéristiques du régime. Désormais, il tire sa légitimité de l’action militaire, plutôt que des urnes. Le régime tire sa légitimité non pas du bas vers le haut, à travers les élections, mais de haut en bas, en plaçant le pays sur un pied de guerre permanent.

Cette situation n’est pas viable, compte tenu de la diminution des ressources financières, du déclin de la patience des élites qui ne veulent pas vivre sur ce pied de guerre éternellement, et de la rapide détérioration des systèmes administratifs et politiques russes. Le régime devra changer  – que ce soit à l’égard de l’Occident, ou dans sa manière de diriger, – sous peine de quoi il s’effondrera ».

Note aux rédactions :

Vous pouvez télécharger le PDF de « La chute de Poutine : la crise à venir du régime russe» ici.

Nikolai Petrov est disponible pour des interviews et commentaires. Merci de contacter Richard Speight au bureau de presse de l’ECFR au +44 (0) 207 227 6867 / + 44 (0) 7794 307840 / [email protected]

Ce document, comme tous les articles et ouvrages publiés par le Conseil européen – ECFR exprime uniquement l’opinion de ses auteurs et non la position collective de l’ECFR, de son comité de direction ou des membres de son Conseil. Le Conseil européen – ECFR est le premier centre de recherche et d’influence (think-tank) paneuropéen. Créé en octobre 2007, il compte parmi ses objectifs de promouvoir à travers l’Europe le développement d’une politique étrangère européenne intégrée, cohérente et efficace. L’ECFR est une fondation indépendante financée par des contributions provenant de fondations privées, de gouvernements européens, des institutions européennes, d’entreprises et d’individus. Pour davantage d’informations veuillez cliquer sur le lien suivant : https://ecfr.eu/about/donors.