Il faut soutenir la révolution ukrainienne

L'UE doit soutenir le nouveau gouvernement ukrainien et soutenir la possibilité d'un avenir européen pour l'Ukraine

Senior Policy Fellow
Full text available in English
Le régime corrompu du Président Ianoukovitch est tombé. L'Ukraine peut maintenant véritablement repartir à zéro en tant que nation politique et laisser derrière elle le système dysfonctionnel du passé. Cependant, ce ne sera pas une tâche facile. Le pays fait face à un effondrement économique imminent qu'il s'est infligé à lui-même ; il existe un fossé entre les partis parlementaires et les groupes divers sur le Maidan ; et les évènements à Kiev n'ont pas encore changé la réalité de la base de pouvoir de l'ancien régime en Ukraine du Sud et de l'Est.
La Russie conserve encore beaucoup d'influence en Ukraine, une influence qu'elle pourra choisir d'utiliser de manière constructive ou non. Les dommages cumulés d'une guerre commerciale avec la Russie (hausse des prix du gaz, réduction ou annulation de prêts accordés, restrictions des exportations) frapperaient durement le pays. La Russie aura également son mot à dire lors des prochaines élections, et elle pourra utiliser de nouveaux leviers d'influence comme la menace de provoquer une partition du pays.
Dans le mémo de l'ECFR, « Soutenir la révolution ukrainienne », Andrew Wilson explique la situation en Ukraine et défend l'idée que l'UE doit soutenir le nouveau gouvernement ukrainien :
  • Aide économique : les défis les plus urgents auxquels le gouvernement doit faire face sont la situation financière et la stabilisation régionale. Le pays est, dans les faits, en banqueroute, et il ne peut plus compter sur l'aide de la Russie. L'Ukraine a besoin d'une aide économique d'urgence et de réformes radicales : l'UE doit ainsi aider l'Ukraine à accéder rapidement à un nouveau programme du FMI et délibérer d'une aide provisoire immédiate.
  • Réforme constitutionnelle : l'UE doit apporter l'aide nécessaire pour permettre à l'Ukraine de construire un système démocratique sain sur une base légale et qui soit perçu comme légitime par ses citoyens. L'UE doit également offrir son assistance pour les enquêtes criminelles, la collecte d'armes illégales, et la tenue des élections.
  • L'avenir européen de l'Ukraine : sur le plan symbolique, il est important que l'UE réouvre les négociations sur l'accord d'association mais elle ne doit pas répéter ses erreurs de l'année dernière. Sur le long terme, l'UE doit être beaucoup plus ouverte quant au débat sur les perspectives d'adhésion de l'Ukraine, et doit souligner l'importance pour l'Ukraine d'accomplir des réformes douloureuses mais nécessaires.