Cent Ans de Solitude Britannique : La Pensée Magique, le Brexit et la Sécurité

Une sortie britannique de l’UE rendrait plus difficile la lutte contre le crime et le terrorisme

Full text available in English
Also available in

Une sortie britannique de l’UE rendrait plus difficile la lutte contre le crime et le terrorisme, réduirait la capacité britannique à prendre le leadership et à influencer ses partenaires, et affaiblirait l’OTAN – mettant par là en danger les générations futures, selon une note du European Coucil on Foreign Relations.

Après les avertissements de cette semaine par David Cameron et d’anciens dirigeants de l’OTAN selon qui un Brexit rendrait la Grande-Bretagne moins sûre, l’ECFR s’est basé sur des entretiens avec d’anciens fonctionnaires de haut niveau, des experts régionaux, et cinq ans de données sur la politique étrangère européenne pour évaluer les arguments de chaque côté.

« Cent Ans de Solitude Britannique : La Pensée Magique, le Brexit et la Sécurité » conclue que, alors que les Etats-Unis se retirent de leur rôle de gendarme mondial, et que le monde se fragmente entre des centres de puissance rivales, la Grande-Bretagne a plus que jamais besoin de ses alliés Européens. L’UE est la mieux placée pour se battre avec les armes les plus puissantes du 21ème siècle – non pas des pistolets et des bombes, mais des sanctions, des règles et des accords commerciaux.

Sept bénéfices clés de l’appartenance à l’UE:

– La politique de sécurité de l’UE est façonnée par les intérêts britanniques. Le Royaume-Uni (RU) a influencé les décisions clés de l’UE, telles que les sanctions contre la Russie et la réponse à la crise syrienne. Le Foreign Policy Scorecard de l’ECFR, qui hiérarchise l’influence des Etats membres sur la politique de l’UE, a invariablement placé le RU dans le top trois. Le RU obtient le meilleur de chacun des deux mondes car il possède un droit de véto : il peut développer son pouvoir avec le soutien de l’UE, mais n’est pas liée par les politiques d’autres Etats membres s’il ne le souhaite pas.

– La coopération policière de l’UE améliore la sécurité des Britanniques. Pour les seules cinq dernières années, les Mandats d’Arrêt Européens ont permis à la Grande Bretagne de poursuivre 650 personnes en justice, y compris des fraudeurs fiscaux, des escrocs, des trafiquants de drogue et d’êtres humains, un prêtre pédophile, et un violeur opérant dans les arrêts de bus.

– Le partage de renseignement de l’UE est crucial pour lutter contre le terrorisme. La plupart des informations les plus vitales sur le terrorisme viennent de nos partenaires de l’UE. L’appartenance à l’UE donne accès à de nombreuses bases de données partagées, nécessaires pour traquer les mouvements des terroristes.

– La Grande-Bretagne façonne les sanctions de l’UE. Ces dernières sont devenues l’un des instruments les plus puissants pour influencer les puissances mondiales les plus difficiles telles que la Russie et l’Iran. L’UE sanctionne en ce moments 38 pays et entités.

– L’UE apporte au RU une influence supplémentaire. Dans un monde dirigé par des puissances-continents et des régions en cours d’intégration, l’UE apporte un poids supplémentaire au RU. Tous les partenaires clés non-membres de l’UE du RU, souhaitent que ce dernier y reste, depuis la Chine jusqu’aux Etats-Unis, en passant par les Etats du Commonwealth. Et par contraste, ce sont Marine Le Pen, Vladimir Putine et Donald Trump qui soutiennent un Brexit.

– Le RU garde le contrôle de ses frontières. L’adhésion à l’UE autorise la Grande Bretagne à étendre sa frontière jusqu’à Calais. Et, alors même qu’il n’accueille que 3% des demandeurs d’asile dans l’UE en 2015, le RU est le sixième bénéficiaire du Fond Asile Migration et Intégration, obtenant jusqu’à 40 millions d’euros chaque année.

– L’OTAN a besoin d’une Grande-Bretagne forte dans une UE forte. Le chef actuel de l’OTAN, et chacun de ses cinq derniers prédécesseurs, ont vivement conseillé à la Grande-Bretagne de rester dans l’UE.

Note aux rédactions :

Vous pouvez télécharger le PDF de « Cent Ans de Solitude Britannique : La Pensée Magique, le Brexit et la Sécurité » ici.

Les auteurs sont disponibles pour des interviews et commentaires. Merci de les contacter : Susi Dennison  [email protected] ou +33 95 2939 675, Mark Leonard  [email protected] ou +44 7958 725 328, et Nick Witney  [email protected] ou +44 7503 166 740.

Ce document, comme tous les articles et ouvrages publiés par le Conseil européen – ECFR exprime uniquement l’opinion de ses auteurs et non la position collective de l’ECFR, de son comité de direction ou des membres de son Conseil. Le Conseil européen – ECFR est le premier centre de recherche et d’influence (think-tank) paneuropéen. Créé en octobre 2007, il compte parmi ses objectifs de promouvoir à travers l’Europe le développement d’une politique étrangère européenne intégrée, cohérente et efficace. L’ECFR est une fondation indépendante financée par des contributions provenant de fondations privées, de gouvernements européens, des institutions européennes, d’entreprises et d’individus. Pour davantage d’informations veuillez cliquer sur le lien suivant : https://ecfr.eu/about/donors.