Survivre et prospérer : Un plan européen de soutien à l’Ukraine dans la longue guerre contre la Russie.

Full text available in

Les points clés à retenir :

  • La guerre en Ukraine va probablement durer plusieurs années, même si la violence va diminuer à certains moments.
  • Pour soutenir l’Ukraine dans ce conflit, les Européens doivent proposer un plan en quatre points:
  • Afin de soutenir l’Ukraine durant ce conflit, il faut assurer au pays de la sécurité en cas d’escalade russe. Il faut aussi apporter à l’Ukraine du soutien économique, lui donner accès au marché européen, et sécuriser son apport énergétique.
  • Outre l’impact pratique de ce plan, il signalerait aussi l’engagement européen à la cause ukrainienne, démontrant à Kiev, Moscou, et la communauté internationale que l’UE est prête à soutenir l’Ukraine sur le long terme. Des publics européens anxieux seront aussi rassurés par ce plan.
  • Cette proposition de plan protègerait la souveraineté ukrainienne ainsi que son intégrité territoriale. Ce plan mettra en place des conditions qui, à long terme, aideront au règlement du conflit – si et quand le Kremlin établit une attitude plus constructive.

Cela fait maintenant 6 mois que la guerre en Ukraine a éclaté, et le retour de la guerre sur le continent européen est toujours un choc. Le courage des Ukrainiens ainsi que l’unité de ceux qui la soutienne sont des traits caractéristiques de la première phase de cette guerre. Malheureusement, le conflit ne semble pas se terminer incessamment. La violence sera moins forte à certains moments, mais l’absence de règlement du conflit peut facilement la redéclencher. Les Ukrainiens et leurs sympathisants en Europe et dans le monde embarquent actuellement pour une longue guerre.

Afin que l’Ukraine survive et prospère dans cette longue guerre, l’Union européenne (UE) et ses États membres doivent mettre en place des mécanismes qui permettront de soutenir l’Ukraine à long-terme. En établissant une feuille de route pour la prochaine phase de la guerre, les Européens peuvent mettre en place des bases solides pour une Ukraine qui fonctionne, pourront dissuader la Russie de poursuivre son agression et pourront peut-être même ouvrir la voieau règlement du conflit.

Un nouveau rapport intitulé “Survivre et prospérer : Un plan européen de soutien à l’Ukraine dans la longue guerre contre la Russie”, récemment publié par quelques-uns de nos experts à l’ECFR, présente les quatre parties d’un plan européen pour l’Ukraine qui pourrait aider à soutenir le pays dans la longue guerre :

  • La sécurité militaire : L’UE et ses États membres fourniraient une assistance militaire à long terme à l’Ukraine par le biais d’un nouveau pacte de sécurité convenu entre l’UE et l’Ukraine. Il s’agirait d’envoyer des armes et des équipements aux forces armées et aux services de sécurité ukrainiens et de proposer une formation et une assistance technique dans des domaines tels que le cyber.
  • Garanties de sécurité : Les États membres de l’UE compléteraient l’assistance militaire fournie dans le cadre du pacte de sécurité par un ensemble complet de garanties de sécurité. Ces garanties définiraient le type de soutien que l’UE souhaiterait apporter à l’Ukraine en cas de potentielle escalade russe.
  • Sécurité économique : L’UE continuerait à fournir une aide financière pour stabiliser l’économie ukrainienne et aider le pays à entamer un long processus de reconstruction. Pour offrir une vision à long terme de l’intégration à l’Europe, l’UE proposerait également à l’Ukraine un partenariat d’élargissement. Cela ouvrirait l’accès au marché européen à l’Ukraine, lui permettant ainsi éventuellement de bénéficier des fonds de cohésion et l’aiderait à se préparer à l’adhésion à l’UE sur le long terme.
  • Sécurité énergétique : Enfin, l’UE et ses États membres s’appuieraient sur l’adhésion de l’Ukraine à l’union énergétique de l’UE pour aider le pays à intégrer plus étroitement son infrastructure énergétique à celle de l’Union, et entre temps aussi s’assurer que le pays respecte ses obligations internationales en matière de politique climatique. Pour atténuer l’impact sociétal de la transition énergétique, l’UE mettrait également à la disposition de l’Ukraine des “Fonds pour une transition juste”, s’appuyant sur le modèle des fonds pour une transition juste de la politique de cohésion de l’UE.

Les Ukrainiens prendront et devraient prendre leurs propres décisions sur la manière dont ils veulent organiser leur résistance à l’invasion de la Russie. Mais les Européens doivent également décider eux-mêmes de ce qu’ils peuvent offrir pour soutenir les efforts ukrainiens et doivent aussi définir les conditions dans lesquelles ils le feront. Ils ne doivent pas attendre le leadership américain sur ces questions – l’Ukraine est dans le voisinage de l’Europe, pas de l’Amérique. Les Européens doivent assumer leur responsabilité d’aider l’Ukraine dans cette longue guerre.

Vous pouvez trouver l’article original rédigé en anglais et dans son entièreté en cliquant ici.

NOTES AUX RÉDACTEURS :

INTERVIEWS : Les auteurs sont disponibles pour des commentaires et des interviews. Veuillez contacter l’équipe de communication de l’ECFR ([email protected]) pour prendre rendez-vous.

A PROPOS DES AUTEURS :

Piotr Buras estle directeur du bureau de l’ECFR à Varsovie. Entre 2008 et 2012, il a travaillé à Berlin pour Gazeta Wyborcza, le plus grand quotidien polonais. Ses domaines d’expertise comprennent la Pologne dans l’Union européenne, l’État de droit et la politique allemande.

Marie Dumoulin est directrice du programme “Wider Europe” à l’ECFR. Avant de rejoindre l’ECFR, Mme Dumoulin était diplomate de carrière au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères. Elle a une grande expérience des processus de règlement des conflits prolongés dans le voisinage oriental de l’Europe.

Gustav Gressel est chercheur au sein du programme Wider Europe du bureau de Berlin de l’ECFR. Avant de rejoindre l’ECFR, Gustav Gressel a travaillé au ministère autrichien de la Défense. Il a également servi pendant cinq ans dans les forces armées autrichiennes.

Jeremy Shapiro est directeur de la recherche à l’ECFR et chercheur non-résident à la Brookings Institution. Il a travaillé au département d’État américain de 2009 à 2013.

RECHERCHES SIMILAIRES :
Vous pouvez trouver les analyses de l’ECFR sur la guerre de la Russie contre l’Ukraine et ses implications ici.

A PROPOS DE L’ECFR :

Ce document, comme tous les articles et ouvrages publiés par le Conseil européen – ECFR exprime uniquement l’opinion de ses auteurs et non la position collective de l’ECFR, de son comité de direction ou des membres de son Conseil. Le Conseil européen – ECFR est le premier centre de recherche et d’influence (think-tank) paneuropéen. Créé en octobre 2007, il compte parmi ses objectifs de promouvoir à travers l’Europe le développement d’une politique étrangère européenne intégrée, cohérente et efficace. L’ECFR est une fondation indépendante financée par des contributions provenant de fondations privées, de gouvernements européens, des institutions européennes, d’entreprises et d’individus. Pour davantage d’informations veuillez cliquer sur le lien suivant : http://www.ecfr.eu/about/donors.

The European Council on Foreign Relations does not take collective positions. ECFR publications only represent the views of their individual authors.