Paris: Retour vers un nouveau d?part

Depuis Jean Monnet, ses politiques et ses citoyens furent souvent les premiers en Europe ? formuler pour l'Europe des propositions audacieuses et imaginatives

ECFR Alumni · Former Senior Policy Fellow

Revenir à Paris après 20 ans passés Francfort, Bruxelles et Washington, c‚est retourner dans un paysage marqué par des souvenirs – souvenirs d’enfance, certes, mais aussi premiers pas d’apprenti journaliste à l’Agence France Presse, à Radio France Internationale et au Matin de Paris, dont Max Gallo dirigeait alors la redaction et qui ferma ses portes peu après mon passage. Mais revenir après 20 ans, c’est surtout aller à la découverte: d’une ville dont le paysage urbain a évolué, d’une France dont le paysage politique n’est plus le même.

Le départ pour Washington de Dominique Strauss-Kahn (un de nos membres fondateurs), marquera sans doute la fin définitive de l’ère post-mitterrandienne à gauche. Et l’on n’a peut être pas assez relevé le fait que le retrait de Jacques et de Bernadette Chirac signifia pour la droite un changement plus profond encore: le départ d’un couple présidentiel qui, par ses souvenirs et son vécu, était directement rattaché aux fondateurs historiques du Gaullisme.

Ce n’est donc pas une simple platitude que de dire que la Présidence de Nicolas Sarkozy marque l’avènement d’une France plus contemporaine, moins liée aux habitudes de pensée du passé. La volonté présidentielle de dynamiter les pesanteurs et de jouer la carte d’une modernité décomplexée est évidente jusque dans le choix des images qui doivent symboliser la nouvelle geste élyséenne: il suffit de voir le Président-joggeur enfiler à New York un sweatshirt décoré des initiales NYPD. Cela ne surprend déjà plus; mais vouloir un instant imaginer Jacques Chirac ou  François Mitterrand paré du même costume, c’est réprimer un sourire et se dire que si le style fait l’homme, la promesse de rupture du candidat Sarkozy fut bien tenue par le Président.

Voilà qui mène bien loin de l’ECFR et de la politique étrangère de la France et de l’Union européenne, me direz-vous. Pas si sûr. Nicolas Sarkozy veut rompre avec la donne et moderniser l’image, la pensée et  parole française, en commençant par l’Élysée. Cette volonté de renouvellement, comme le montre déjà la nomination de Bernard Kouchner, ne s’arrête pas aux portes du Quai d’Orsay. L’ECFR ne peut que s’en réjouir. Ce n’est pas flatter la France que de dire que depuis Jean Monnet, ses politiques et ses citoyens furent souvent les premiers en Europe à formuler pour l’Europe des propositions audacieuses et imaginatives. Sans une France dynamique et prête à chercher de nouvelles réponses aux nouveaux défis, l’Europe ne trouvera pas la force de porter sa parole et son action dans le monde. Revenir à Paris comme directeur de l’ECFR en France, c’est vouloir travailler à l’émergence d’une véritable Europe-puissance portée par le gouvernement, la politique et les citoyens français. Plus qu’un retour, plus qu’une découverte: une belle aventure.  

The European Council on Foreign Relations does not take collective positions. ECFR publications only represent the views of its individual authors.

Author

ECFR Alumni · Former Senior Policy Fellow

Subscribe to our weekly newsletter

We will never send you any content that is not ECFR related. We will store your e-mail address and your personal data in accordance with our privacy policy.